Moriganvoileetescales

Un site utilisant unblog.fr

  • Accueil
  • > Archives pour janvier 2016

22 janvier 2016

Rétrospective des années 1990 et 1991 avec OKAM :1ère partie des Grenadines à Panama

Classé dans : Non classé — moriganvoileetescales @ 22 h 43 min
1988 Okam le rouge à Cabo San Francisco
Okam à Cabo San Francisco Venezuela

Cet article sera un retour en arrière quand nous avons navigué avec Okam des Grenadines dans les Caraïbes à Mayotte dans l’océan Indien, les photos seront privilégiées car beaucoup de choses ont changé mais la nature et les paysages sauvages restent en partie les mêmes.

1011 mouillage Union

Union vue nord du lagon

06 Union

vue aérienne d’Union dans les Grenadines

Je vais commencer par des vues d’Union où nous sommes restés plusieurs années faisant du charter soit à la journée soit à la semaine.

Tout a bien changé …. car à cette époque il y avait des vols Air Martinique tous les jours qui amenaient les touristes, maintenant c’est terminé, il faut affréter un avion !!!

Nous y avons travaillé pour le Club Med car c’était une excursion vendu par le club de Martinique aux Boucaniers…. c’était le bon temps !!!!

Le GO accompagnateur arrivait avec les croissants et les baguettes toutes fraiches !!!!

001 Ashton

Ashton

 

1986 06 mouillage Union

vue de notre mouillage

Nous sommes restés 4 années face à l’océan abrités par la barrière de corail.

05 Morpion

Morpion !!!! minuscule ilot sur la barrière de PSV (petit St Vincent)

En quittant Union vers Panama nous avons fait un premier stop aux ile Testigos, dépendantes du Venezuela, pour dire adieu à Chonchon, Nelly et toute la famille.

Pour les navigateurs, Chonchon, bien âgé maintenant, est l’image des Testigos. Ce sont des gens merveilleux, des pêcheurs pauvres, n’ayant quasiment rien mais d’une grande générosité.

Nous avons eu des cadeaux et nous avons pleuré !!!!

Ce sont de telles rencontres qui font du bien au milieu de notre monde pourri par le FRIC.

 

03 Pêche du petit matin en arrivant sur Testigos

pêche au petit matin en arrivant sur les Testigos

aux Testigos Venezuela

grande plage de beau sable aux Testigos .. et sans nonos !!

1 vue générale

vue générale devant chez Chonchon

2 les pineros

les pineros

5 Chonchon et Didou

Chonchon et Didier

8 jolie pêche

José, ses enfants et Didier, pêche du jour

 

1987 Retour de pêche 3

retour de pêche avec José

1987 retour de pêche 7

retour de pêche

 

 

Pépita et Titou

Pepita ma douce

 

1988 mouillage calme

mouillage calme

 

 Et puis il faut partir car il y a les saisons à respecter et c’est le cœur lourd que les voiles sont hissées, prochaine escale Pampatar sur la côte vénézuélienne pour faire quelques achats de nourriture et de bières !!!! la Polar et la Cardinal ….. refaire le plein de gazole et dîner une dernière fois chez Omar !!!!

 

18 les pélicans

les pélicans du Morro

 

14 en route vers Margarita

en route vers Margarita

 

15 Pampatar chez Omar

à Pampatar chez Omar après quelques cervezas !!!!

 

Les derniers appros faits, nous avons hissé les voiles, prochaine escale Panama.

 

25 la Cyprae

la Cyprae en route vers Panama

 

Donc direct de Pampatar à Colon entrée du canal de Panama.

Nous n’avons aucun moyen pour la météo alors c’est Jean-Louis sur la Cyprae qui fait la même route que nous qui nous parle à la BLU mais nous ne pouvons que recevoir ce qui est frustrant pour lui mais bien sympa pour nous.

Nous suivons la côte du Venezuela en laissant los Roques sur notre gauche, puis ensuite A.B.C., les antilles néerlandaises, en clair Aruba, Bonaire et Curaçao, le golfe de Maracaïbo, encore une centaine de milles plein nord et virage vers l’ouest en cap direct vers Panama.

Nous essayons de rester à au moins 100 milles des côtes de Colombie car les « narcotraficantes » sévissent et n’hésitent pas à arraisonner les voiliers, tuant l’équipage afin de charger la coke pour la transporter vers les USA !!!!!

Nous naviguons vent arrière avec la GV et l’artimon en ciseaux, nous n’avons pas gréer le tangon et avec la grosse mer les manœuvres à l’avant sont un peu risquées (nous n’avons pas d’enrouleur).

Okam marche bien et nous ne roulons pas trop !!!

03 belle houle 1

belle houle au large de la Colombie

 

03 belle houle 2

ne pas regarder vers l’arrière !!!!

 

Quand nous naviguons plusieurs jours nous faisons des quarts nuit et jour, la nuit ils sont de 4 heures en 4 heures, je dors , enfin j’essaye, de 18heures à 22 heures puis sur le pont de 22 heures à 2 heures et ensuite Didier jusqu’à 6 heures, il met la ligne et va se coucher.

Il a la chance de s’endormir aussitôt la tête sur l’oreiller ce qui n’est pas mon cas ….. et j’avoue que je suis fatiguée en permanence !!!! mais c’est ça aussi la croisière !!!

Donc pendant mon quart la seconde nuit au large de la Colombie je distingue dans l’étrave une grande barre d’écume ….. angoisse, des récifs ??? pourtant nous sommes en haute mer … je hurle pour réveiller Didier qui se précipite en grommelant (!!!!!) et à ce moment là sur notre droite un énorme navire de guerre s’illumine et nous prend dans ses projecteurs ….. Didier se précipita à la VHF canal 16 celui de la veille d’urgence et entend une voix en anglais lui demandant de s’identifier. C’est un navire  des USA qui patrouille pour faire la chasse aux narcos !! Mais quelle frayeur !!!

Après les questions et les réponses d’usage il nous est demandé si nous acceptons une visite de sécurité …. il est quasiment minuit, nuit noire … nous acceptons car nous savons qu’à la suite d’un refus nous avons toutes les chances d’être attendus à Panama pour une inspection « poussée » du voilier … c’est à dire démontage de l’intérieur .. et puis nous n’avons rien à cacher et ne sommes pas du genre parano !!! 

Les règles maritimes internationales sont respectées, nous sommes 2 à bord ils seront donc 2 à monter.

Mais il faut d’abord qu’ils embarquent !!!! à bord de leur « zodiac » c’est du style commando, ils sont 8 à bord à bondir sur les vagues car il ne faut pas se rater, leur avant doit venir à fond sur notre arrière puis les 2 marins vont sauter en voltige profitant de la crête de la houle, tout ça de nuit et même si nous avons mis notre feu de poupe et si les projecteurs nous éclairent toujours c’est sportif !! un bon entrainement pour eux !!!

Didier est à l’arrière pour aider et en premier on lui passe un drap blanc ????? à l’intérieur 2 bouteilles de Chablis !!!!

A la VHF il nous avait été demandé si nous avions besoin d’un quelconque ravitaillement et Didier avait demandé du vin !!!! réponse  » désolé mais nous n’avons pas ce genre de chose à bord » …… et bien en fait SI !!!

 Nos embarquées : 1 afro-américain et 1 WASP !!! tous deux jeunes, rieurs et bien sympathiques !

L’afro-américain reste sur le pont avec Didier et le WASP descend avec moi pour visiter le bateau, en fait c’était de la curiosité car il n’y a pas eu de fouille, il s’est enquis de notre matériel de sécurité et a rédigé un rapport numéroté qui nous a bien servi la nuit suivante pendant laquelle nous avons encore été « arraisonnés » !!! Par VHF le numéro du rapport a été donné, le gros computer de la navy a travaillé et en 10 secondes nous étions reconnus propres !!!

Mais revenons à cette visite pendant laquelle je me suis fait remonter les bretelles car en inspectant notre fusil à pompe il a été trouvé pas bien nettoyé et pas assez rapidement accessible !!!!!  Et aussi que nous étions trop près des côtes de la Colombie ( nous étions à environ 100 milles ).

Ils sont restés environ une heure à bord puis re voltige commando pour embarquer sur le « zodiac », un grand bye-bye et tout a disparu dans la nuit noire !!!

Quoiqu’en pensent les irréductibles anti-US nous étions bien contents de savoir qu’en cas d’attaque de piraterie nous étions à portée VHF de secours.

Nuit mouvementée certes mais que de souvenirs !!!!

Nous avons continué notre petit bonhomme de chemin pour arriver sur Cristobal-Colon l’entrée atlantique du Canal de Panama. Arrivée vers 19 heures à la nuit, vent et houle dans les fesses, des lumières partout sur le rivage ….. angoisse pour trouver les feux d’entrée situés sur les digues, faut pas se louper, je re précise pas de GPS traceur, pas de carte électronique, l’estime, le SAT NAV quand il voulait et les cartes papier sur lesquelles on trace sa route toutes les heures, mais quel bonheur et quelle récompense d’arriver là où on voulait !!!

 

04 La Cyprae

la Cyprae au mouillage

A cette époque il y avait le Panama canal yacht-club. Un peu vétuste mais chargé de tant d’histoire … mais un peu cher pour notre bourse !! Alors nous nous mettons au mouillage là où sur la carte il y a une ancre, pas si facile la nuit !!!

Le lendemain matin nous retrouvons la Cyprae, arrivée bien avant nous. Jean-Louis va nous donner toutes les informations nécessaires et en particulier le bon tuyau de faire un passage comme hand-liner sur un voilier de la sassée précédent la notre.

Le temps de faire toutes les démarches, de préparer le bateau, nous allons rester une bonne semaine et faire la connaissance d’un couple de suisses Roland et Marianne sur leur petit voilier Naomi, Marianne a ma taille mais Roland est un gaillard qui n’a pas la hauteur sous barrots !!!  Nous les retrouverons au long de notre périple, puis ils rentreront en Europe et ferons un second tour du monde !! Des personnes merveilleuses, dernière précision ils ont 20 ans de plus que nous ! Nous sommes toujours en contact avec eux.

06 Naomi

Naomi

 

Un nota bene concernant les photos dont la qualité laisse parfois à désirer, elles ont été prises à la mode d’autrefois, tirage papier (les pellicules achetées en Martinique en mars ont été envoyées en France pour développement en novembre !!! et n’ont pas été gardées au frigo …), puis je les ai scannées des années après afin de pouvoir les conserver.

 

Donc préparation, recherche de pneus pour protéger, trouver des hand-liners, il faut être 3 en plus du skipper et du pilote qui est fourni par l’administration du canal et payé par nous !!! Didier fait un passage sur un voilier américain ce qui est une bonne expérience, 2 jours pour arriver à Panama city et retour en bus, bonne ambiance car il est seul européen avec des locaux.

La date de notre passage est fixée, à cette époque les voiliers passaient 2 fois par semaine ensemble et non avec des cargos. L’avantage était que les arrivées d’eau lors de la montée étaient moins fortes, les amarres (4×50 mètres obligatoires !!) moins sollicitées et les risques d’avaries diminuées, ceci dit lors de notre passage nous avons vu des taquets arrachés, balcon tordu etc. ..  car les préposés aux amarres étaient trop lents….

Départ le matin vers le lac Gatun, ce sont les écluses montantes, notre pilote nous guide afin que nous prenions notre place dans le convoi, les voiliers sont par 3, nous sommes sur le bord de droite, celui du milieu a la bonne place car pas de manœuvres à faire. Le cœur est un peu serré, c’est un grand moment.

10 le convoi se forme

le convoi se forme

 

08 Marianne en figure de proue

Marianne en figure de proue

 

12 entrée de la première écluse

entrée de la première écluse

 

13 les portes se referment

les portes se referment

 

14 on va la-haut

on va la-haut !!

 

15 nous voici en haut

nous voici en haut

 

19 passage 4

l’eau monte à gros bouillons

 

20 passage 5

où l’on voit l’importance des amarres bien tendues !!

 

16 seconde écluse

seconde écluse

 

21 Titou

c’est bien moi !

 

27 fin du convoi

sortie vers le lac Gatun

 

31 cargos en attente

cargos en attente

 

32 navigation sur Gatun

navigation sur Gatun

 

35 crépuscule

Crépuscule sue le lac Gatun

Nous allons donc passer la nuit au mouillage sur ce grand lac au milieu de la nature vierge. Le pilote débarque mais nos 2 hand-liners restent à bord, je leur ai préparé la cabine avant et ils sont bien surpris d’avoir des couchettes faites avec des draps !!! alors grand bain à l’arrière du bateau pour un bons décrassage !! Ensuite j’ai préparé un gros plat de riz amélioré et des fruits, de la bière et du vin !! pour eux c’est la fête. Il semblerait qu’ils ne sont pas toujours aussi bien traités …. et souvent cantonnés sur le pont !!!

36 Gatun au matin

Gatun au matin

 

Notre pilote nous rejoint vers 7 heures et nous appareillons pour notre descente vers le Pacifique

37 départ vers Pedro Miguel

Okam en partance vers Pedro Miguel

 

50 Pépita canal

Pepita à l’ombre sous la sepillada !!

 

41 croisement

Naomi nous devance

 

44 percée Pedro Miguel 2

percée de Pedro Miguel

 

 

Cette percée a été creusée à la main par des centaines de coolies chinois dont un nombre inconnu y a laissé sa peau !!!!

 

47 plaque commémorative

Plaque commémorative à la mémoire de tous ceux qui ont laissé leur vie ici.

 

45 paquebot

croisement d’un paquebot

 

48 Miraflorès

Miraflores la dernière écluse

 

 

56 Le Pont des Amériques

Le Pont des Amériques

 

La réalité rejoint le mythe, nous voici dans les eaux du Pacifique, moment très émouvant quand on en a rêvé depuis des années ……

 

 

 

 

4 janvier 2016

La Graciosa archipel des Canaries du 1er au 13 septembre 2011

Classé dans : Non classé — moriganvoileetescales @ 22 h 33 min

DSCN0946

esprit plage

 

Nous avons enfin trouvé le mouillage de rêve à Graciosa ! petite île au nord de Lanzarote.

Baie ourlée de sable fin, eau claire et transparente, visibilité parfaite par 10 mètres de fond, et le paysage est superbe, cônes volcaniques, grandes étendues désertiques mais colorées, un village « pueblo » tout blanc et bleu, une petite marina pour les nostalgiques du troupeau ( !!!), tout est très propre, sable omni présent, pas de goudron, du sable et encore du sable, 4X4 obligatoire, mais quasiment pas de voitures, des touristes calmes ….. quand on vient ici c’est pour le dépaysement et la tranquillité, c’est d’ailleurs un parc national donc protégé et surveillé.

L’ambiance est un peu celle des îles grecques dans les années 1970 mais en plus familiale.

canarie-gracioza-caleta-del-sebo-01

Il y a quand même un cybercafé ….. super bien équipé, passage obligé des « yachties » pour donner des nouvelles et prendre la météo sur Internet, d‘après radio-cocotier c’est le plus beau mouillage des Canaries.

Nous sommes à 2,5 km du village au bout d’une piste de sable que Didier prend quotidiennement pour aller chercher du pain et vider les poubelles. Pendant ce temps je libère Roko qui s’est très bien adapté à sa vie de mousse ; quand nous naviguons et comme ça bouge pas mal il demande son « dodo » c’est à dire d’être avec son capuchon bien calé ainsi il se sent protégé car pour l’instant nous avons toujours été un peu secoué, pas encore de navigation cool au portant …… mais ça viendra ….

DSCN0939

le village

 

 

DSCN0938

le port

DSCN0944

le port

canarie-gracioza-playa-francesca-2

Lanzarote en face

 

 

 

DSCN0945

cône volcanique et laguna

 

 

Nous n’avons pas vraiment de projets pour la suite car plusieurs courses-croisières vont partir des Canaries dans les semaines à venir et cela complique les escales car les marinas sont complètes et les mouillages très peu protégés et même peuvent s’avérer dangereux …… donc Lanzarote,  et Tenerife pour visiter le Loro Parque !!! mais nous avons tout notre temps ……

 

 

Voyage au bout du monde |
My travel in Great Britain ! |
Loulou & mam's Roa... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Myhollidaysinengland
| Les herissons à la Réunion
| Labellacittaditaormina